Musée Tumbas reales à Lambayeque, Côte Nord, un des meilleurs musées du Pérou?

Tumbas Reales

Le Musée Tumbas reales ou Seigneur de Sipan à Lambayeque, proche de Chiclayo, est-il l’un des meilleurs du Pérou ?

Je vous invite aujourd’hui à vous rendre sur la côte Nord du Pérou, à 15 kilomètres au Nord de Chiclayo, à Lambayeque plus précisément, afin de visiter le Musée Tumbas reales.

Là, au beau milieu d’un ensemble urbain, il faut le dire assez insignifiant, s’élève depuis 2002 une pyramide rouge au sommet tronqué renfermant une collection d’objets tous plus extraordinaires les uns que les autres.

La section Blog de Phima Voyages est une mine d’informations sur les endroits à visiter au nord du Pérou. Pour ne pas manquer la parution de nos articles et pour avoir notre Guide Gratuit sur les 10 endroits à visiter au nord du Pérou, cliquez ici.

On parle de la culture Mochica, remarquable avec plus de mille ans d’antériorité à celle des Incas

Parler du Musée Tumbas reales ou de Sipan revient à évoquer la culture Moche ou Mochica qui s’est développée le long de la côte Nord entre les 1ier et 7ième siècles de notre ère.

Nous parlons d’une culture qui s’étendait sur une longue bande côtière avec pour centre la Huaca del sol y de la luna, proche de Trujillo, mais qui s’étendait bien plus au Nord et au Sud.

Nous parlons d’une culture qui a maîtrisé le désert, pu conquérir les terres difficiles et en faire des surfaces utiles et cultivables. Aujourd’hui, cela peut sembler tout à fait extraordinaire. La vérité est que si on connait un peu le coin, cela l’est sincèrement.

Nous parlons d’une culture reconnue pour ces qualités architecturales, ses céramiques (voir Musée Larco à Lima), ses orfèvres…

Une découverte archéologique exceptionnelle

En ce début d’année 1987, une rumeur court et on sent venir comme une nouvelle ruée vers l’or. Une bande de pillards s’est emparée d’objets précieux découverts dans une tombe Mochica proche du village de Sipan, dans le Nord du Pérou, dans la région de Lambayeque.

La Police saisit chez des receleurs des pièces d’une incroyable richesse. Des sculptures, des objets représentant des jaguars, félins, des pièces de joaillerie sont ainsi découvertes. Rapidement on ne peut nier qu’il y a là matière à découverte majeure.

Le sauvetage nécessaire du trésor de Sipan

Mais il faut faire vite car la nouvelle court d’un vrai trésor enfoui dans cette vallée à l’Est de Lambayeque. Si la population locale se mêle à tout cela, le trésor sera perdu ou disséminé aux 4 coins du Monde obscure des trafiquants et receleurs d’objets d’art et de pièces archéologiques.

Dès le mois d’avril de cette même année, une équipe d’archéologues a pu se constituer et commencer les fouilles, appuyés de 2 étudiants … et défendus par 2 policiers !

Après plusieurs mois de fouilles, on met à jour la chambre funéraire intacte d’un dirigeant de cette extraordinaire culture Mochica. Il est alors certain qu’il s’agit là d’un site extraordinaire. C’était la première fois que l’on découvre une tombe ainsi intacte et tout son contenu pour d’amples études et recherches. En un mot, unique !

1987 marque le début d’une extraordinaire aventure : une poignée d’archéologues disposant de peu de moyens, notamment au niveau sécurité, procèdent aux fouilles et au sauvetage d’une des collections qui apparaitrait bientôt comme l’une des découvertes majeures de cette fin de siècle.

Le site se nomme Huaca-Rajada plus connu par la suite sous le nom de Sipan. Il se trouve à un peu plus d’une heure de Chiclayo dans la vallée des pyramides en quelques sorte, la « vallée des rois » de cette partie nord du Pérou.

N’a-t-on pas comparé lé découverte du site à la découverte de la tombe de Toutankhamon en Egypte en 1922? Le magazine Newsweek avait titré dans son édition espagnole « Le Roi Toutankhamon du Nouveau Monde » en septembre 1993.

En matière de sécurité, les fouilles au Pérou ne sont pas de tout repos. Les sites sont souvent victimes des attaques des « huaqueros » ou pilleurs de tombes, à la recherche de trésor et d’or.

Et d’or, de métaux précieux, de bijoux, le site de Huaca-Rajada en regorge.

Il fallait rapidement définir une marche à suivre quant à la destination de ce trésor. D’abord le conserver et le restaurer. Cela fût fait avec l’envoi des pièces en Allemagne.

L’ouverture d’un Musée pour héberger cette fabuleuse collection

Il fallait ensuite un endroit pour exposer ces découvertes au yeux du Monde entier. Ce fût l’idée d’ouvrir ce qui serait le Musée Tumbas reales de Lambayeque. 

Ok, on a l’une des plus fabuleuses collections qui soit en matière d’objets de l’époque Mochica, un témoignage unique des us et coutumes de la période, on parle de 300 après JC.

Après quelques expositions au travers de Musées Nord Américains, les pièces trouveront à Lambayeque, sur la côte Nord du Pérou, non loin du lieu de leur découverte, un asile à la hauteur de la collection.

Le Musée fût inauguré le 8 novembre 2002 et créa l’événement, avec non seulement cette collection incroyable, mais également grâce à son audacieuse architecture.

Les architectes ont dessiné une pyramide tronquée, sur les bases de ce que devait être la pyramide dans laquelle fût trouvée l’incroyable collection.

On accède à l’entrée du Musée par une longue rampe, toujours sur le modèle de l’architecture Mochica.

Visite du Musée Tumbas reales ou Musée du Seigneur de Sipan

Le ticket s’achète dès l’entrée du Domaine. Attention : le musée est fermé tous les lundis.

Il faut laisser tout ce qui concerne sac à main, sac à dos, appareil photo à une consigne gratuite.

Musée Tumbas reales Nord du Pérou

Une mise en valeur des objets très « étudiée »

Il est interdit de faire des photos dans le musée. Tout doit être déposé à la consigne.

Certains reprocheront au Musée Tumbas reales son côté trop bien ordonné, trop étudié pour ne pas dire commercial.

Mais le fait est que cela est très bien fait et il s’agit d’un Musée tout à fait exceptionnel.

Une visite dans les profondeurs de la culture Mochica

On visite le musée en descendant de niveau en niveau, et il y en a 3, comme on descendrait au cœur de la pyramide, sanctuaire de ce seigneur en fait.

On commence par le haut avec tout d’abord la projection d’un film retraçant l’aventure de Sipan et du Musée. Ensuite vous pouvez choisir d’effectuer la visite du Musée avec l’assistance d’un guide du Musée.

Les premières salles de ce niveau supérieur expliquent l’histoire de la culture Moche, leur environnement, le territoire, la vallée, la pêche, l’agriculture, leur organisation sociale.

Ai-Apaec dieu Moche

Céramique Moche représentant Ai-Apaec, divinité suprème Mochica

Autre thèmes très important représenté, le monde spirituel des Moche. On voit représentées les divinités Moche sur les céramiques de l’époque. Renvoi au musée Larco. On y explique les dieux, le concept de vie, de la conception jusque la mort et les notions d’éternité.

En descendant, on nous explique les méthodes d’excavations, recherches archéologiques.

On atteint l’étage en-dessous où sont retracées les premières découvertes sur le site, la découverte du gardien du Seigneur, jusque la découverte de la « chambre funéraire » du Seigneur lui-même, entouré de son trésor.

Pendentit Moche Musée Tumbas reales

A cet étage également sont exposés les objets du Seigneur de Sipan. Des objets, des ornements, des colliers, des parures, des diadèmes, des coiffes, des boucles d’oreille, de nez… le tout fait d’or, d’argent, de lapis-lazuli, turquoises, coquillages en provenance d’Equateur estimés précieux à l’époque, des plumes d’oiseaux colorés, les textiles les plus finement tissés, des céramiques, des sculptures … tout un trésor de biens qui accompagnaient le seigneur dans sa dernière demeure, la pyramide. En tous, il contient plus de 2 000 œuvres en or et plus de 400 bijoux en or, argent et cuivre.

On y constate l’état dans lequel on les a découverts et évalue tout le travail de conservation et de restauration nécessaires. Cela fut fait grâce à l’envoi des pièces en Allemagne, au Musée de Mainz.

Le niveau encore inférieur retrace d’autres fouilles sur site qui ont permis de mettre à jour d’autres tombes, certaines encore plus anciennes, notamment celle du Vieux seigneur de Sipan.

En tout, un quinzaine de tombes avec chacune des offrandes, mais plus modestes que celle du Seigneur, cela s’entend, qui confèrent au site la fonction de Sanctuaire.

Une fin de visite à la hauteur du site

On achève la visite du Musée Tumbas reales par une salle où l’on retrouve, réalisée en mannequin de cire, la « casa real del Señor de Sipán » ou cour du Seigneur, ce dernier se tenant en son centre.  Ce sont quelques 35 mannequins animés grâce à un mécanisme afin de les rendre réalistes, le tout avec une lumière étudiée et de la musique réalisée avec des instruments natifs.

Dans cette représentation, le seigneur est entouré au plus près de ses proches puis à gauche par les autorités religieuses, les musiciens et à droite son armée.

Tout un travail scientifique a été réalisé pour réaliser cette scène, sur la physionomie ou caractéristique physique des mannequins, la plus proche possible des peuples Mochica, ainsi que sur les tissus, le vêtement et l’attitude de ces personnages.

Une visite à la boutique du Musée ?

Une visite d’un grand musée ne peut s’achever sans passer par la case « boutique », non ?

A la boutique du Musée Tumbas reales, on trouve bien quelques objets genre reproduction de pièces du Musée, quelques livres, et bien-sûr, on Pérou, on n’y échappe pas, un distributeur de glaces.

livre du Musée Tumbas reales

Heureusement on enfin réédité l’édition espagnole du livre « SIPAN, Descubrimiento e Investigación » de Walter Alva, l’un des premiers archéologues présents dès 1987. Lors de ma précédente visite, en juillet 2015 l’ouvrage disponible était en effet une catastrophe en matière d’impression et de qualité graphique.

Cette réédition est venue rejoindre la version anglaise dans ma bibliothèque.

Mais il faut bien avouer que pour un musée d’une telle richesse et dirons-nous prétention, il faudrait une boutique un peu plus à la hauteur : plus de surfaces, plus d’objets, surtout plus de livres car le thème Mochica est immense et sans fin… On n’est pas à Lima certes, mais je pense que cela le mériterait pour un musée à vocation internationale.

Il n’en demeure pas moins que ce Musée des Tumbas reales est l’un des plus impressionnants du pays, à découvrir absolument lors de votre passage par le Nord du Pérou.

D’autres lieux pour comprendre la culture Moche dans la région

Pour ceux qui désirent visiter le lieu même de la découverte de ce qui est exposé au Musée Tumbas reales, il est possible de se rendre à la Huaca Rajada. Depuis 2009, le site bénéficie aussi d’une musée sur place, on y pratique notamment quelque démonstration d’artisanat..

Pyramides Tucume Nord Pérou

D’autre musées tout proches méritent le détour : nous avons adoré le Musée de Tucume, proche des pyramides de Tucume. Tucume se trouve à un peu moins de 40 kilomètres de Chiclayo.

figure Moche Tucume

Un musée plus modeste mais très didactique. Une bonne halte si vous vous dirigez de la côte vers Olmos puis les Andes.

Pour suivre sur le thème fascinant de la culture Moche, voir les sites autour de Trujillo, à 220 kms au sud de Chiclayo.

Musée Tumbas reales à Lambayeque, Côte Nord, un des meilleurs musées du Pérou?
Noter cet article

«

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *