Découvrez le Cerro Sechín, un site fascinant sur la côte nord du Pérou

chien péruvien sur mur Sechin

Découvrez le Cerro Sechín,

une site fascinant sur la côte Nord du Pérou

 

Cerro Sechín est l’un des sites les plus mystérieux qu’il peut être donné de visiter sur la côte centrale et nord-Péruvienne. C’est en outre l’un des plus anciens.

Sechín se trouve à quelques 300 kilomètres au nord de la capitale Lima. Nous sommes à 13 kilomètres du Pacifique, sur la côte de la région Ancash, à 5 kilomètres de la ville de Casma.

Il s’agit en fait d’un ensemble archéologique immense. On y trouve plusieurs sites en un. D’abord Sechín Alto, l’un des complexes les plus étendus et grands d’Amérique du sud. Ensuite Sechín Bajo, l’un des plus anciens de cette même région. Et bien-sûr Cerro Sechín et ses représentations guerrières ainsi que d’autres monuments encore de différentes périodes.

Nul doute que cette région de la rivière Sechín réserve de nombreuses surprises aux générations d’archéologues à venir.

Les sites Sechín en quelques chiffres

  • Date d’occupation la plus ancienne : 2.400 ans avant J.C. mais on aurait retrouvé plus récemment des vestiges plus anciens allant jusque + de 3.000 ans avant JC.
  • Superficie de Sechín : plusieurs centaines d’hectares
  • Nombre d’habitants à son apogée : on dit que le site a compté jusque 40.000 habitants

Cerro Sechín se situe au pied d’une montagne qui domine la vallée, à 90 m d’altitude.

Les premières fouilles archéologiques réalisées en 1937 par l’archéologue péruvien Julio C. Tello semblaient relier la culture Sechín avec la civilisation andine qu’est Chavin de Huantar.

Sechin Phimavoyages

Mais les fouilles les plus récentes rapprochent plus Sechín des civilisations de la côte du type Caral. Certains monuments pourraient bien être plus anciens encore que Caral, considérée aujourd’hui comme la civilisation la plus ancienne des Amériques.

On a démontré que la culture Sechín, par son ingénuosité et son antériorité, a influencé la culture andine Chavin de Huantar de la même région de Ancash, que l’on visite près de Huaraz.

Vous serez fascinés par le style figuratif des récits guerriers qui entourent « le temple du félin ».

 

Découverte de Sechín

C’est lors d’une reconnaissance archéologique réalisée dans le nord du Pérou en 1937 que l’archéologue Julio C. Tello fut conduit au pied de cette montagne où il put observer des traces de figures gravées sur la pierre.

Les premières excavations ne furent pas aisées, les pierres et le monument ayant été recouverts par des siècles de sédiment. On put tout de même découvrir une centaine de pierres sculptées et un monument ayant plus de 50 mètres de côté comptant à sa base des angles arrondis.

Grâce aux recherches, on réussit à définir 4 périodes d’occupation du site, des plus anciennes datant d’il y a plus de 4.000 ans. Mais également de plus récentes notamment par les Virú ou encore les Chimú il y a un peu plus de 10 siècles.

L’endroit fût recouvert de sédiment sur lequel furent construites des maisons d’habitation.

De nombreuses recherches et opérations de nettoyage eurent lieu ensuite dans les années 1970 et 80.

L’occupation du site de Sechín bajo

Lors de sa découverte, en 1937, on classa les sites contemporains à la culture andine Chavin de Huantar (article à suivre prochainement). On voyait une influence de la culture Chavin dans les structures de Sechín.

Les fouilles plus récentes ont fait faire un bond dans les temps antiques à cette culture Sechín. Elles semblent démontrer que, au contraire, il s’agirait plutôt des cultures côtières, plus anciennes, qui ont imprimé leur empreinte sur cette fameuse culture andine de Chavin de Huantar.

On a découvert, en 2008 notamment sur le site de Sechin Bajo, des fondations et une place circulaire enterrée.  Elles dateraient de quelques 3.000 ans avant JC ce qui projetterait le site en des temps antérieurs à Caral.

Vallée de Sechin

Le nom Sechín vient du nom de la vallée, ainsi que du nom de la rivière qui traverse cette vallée avant d’aller se jeter dans la Mar de Grau, autre nom donné à l’Océan Pacifique Pacifique.

Sechín correspond par conséquent à la période « formativo temprano ».

Il fut utilisé comme sanctuaire, un lieu sacré.

Le chef était un sacerdote, un gouvernement théocratique (dont le pouvoir semble venir directement de Dieu).

Mode de construction du site

Notre guide arrivera vers 9 heures. Il s’agit d’Oscar.

façade nord de Sechin

Dans la partie inférieure, il s’agit d’adobe fabriqué à la main, de forme conique avec une base circulaire. Il n’y avait pas de moule à l’époque.

Le tout sera recouvert de pierre découpée sur le site même.

Le temple est entouré de pierres en bas-relief. On en aurait décompté plus de 300, ainsi sculptées. Il a une forme globalement carrée, de 50 m de côté, mais avec des angles arrondis.

visite de Sechin

La structure semble divisée en 2 parties symétriques. Il fût érigé sous la face nord de la montagne la plus haute du coin, le cerro laguna. Une manière d’être au plus proche des Dieux. La population en majorité agriculteurs et pêcheurs venaient implorer l’intervention de divinités pour de bonnes récoltes ou pêches.

Cerro Sechin : démonstration de puissance

L’époque correspond encore aux premiers temps de l’agriculture, on prend alors conscience de la notion de propriété. Tout cela engendre de la violence et des guerres.

etendard Sechin

Il semblerait que le monument du Cerro Sechín montre la victoire  de cette civilisation sur les autres. Tout ceci s’expose grâce à un défilé en deux colonnes, les deux colonnes se dirigeant vers la porte Nord où dominent les étendards, eux aussi réalisés dans la pierre. La symétrie semble montrer une certaine balance, celle de la justice ?

Monument de Cerro Sechín : une célébration très réaliste et dissuasive des victoires à la guerre

Revenons au site de Cerro Sechín ; on célèbre ici la victoire des seigneurs de Sechín sur les voisins de la côte : les guerriers sont représentés avec leurs armes, des hâches, un casque, et ils vont pieds nus.

guerrier Sechin Voyage Nord du Pérou

On observe des bas-reliefs très expressifs : on y peut voir les guerriers vainqueurs, triomphant. Les vaincus eux, sont en piteux état : têtes coupées, crachant le sang, se retenant les viscères avec des yeux de terreur…

Vous noterez chez ces guerriers des ongles étonnamment longs, ils devaient s’en servir d’arme également.

guerrier mur de Sechin      mort sans langue Sechin

Au niveau des pratiques sur les vaincus on remarque quelques subtilités du genre : on arrachait les yeux du vaincu afin qu’il ne reconnaisse pas son vainqueur dans la vie postérieure. On lui coupait aussi la langue pour que le mort ne puisse accuser.

On trouve dans les représentations tout un mur d’yeux. Ces derniers représentaient des trophées de choix, sorte d’expression de l’âme du vaincu.

Sûr qu’avec de telles représentations, on n’avait pas envie de venir embêter les Séchinois.

Les armes du style hâche étaient à l’époque réalisées en bois d’algarrobo, essence protégée de nos jours, et en pierre taillée.

Une construction étonnante et rigoureuse

On peut constater dans cette sorte de « fresque » des espaces où manquent des pierres. Ce sont les conséquences de vols et pillages.

mur de Sechin

Dans ces monuments, l’Est représente la vie, l’Ouest la mort. A l’avant du monument, l’étendard ouest est obscure.  Côté Est, proche de l’étendard, il y a le sacerdote bien habillé et transportant triomphalement 4 têtes.

La séquence et les sculptures du côté Est se répète côté Ouest de façon identique et symétrique.

Une occupation millénaire et continue

Il a été démontré que les vallées de Sechín et Casma furent occupées depuis 8.000 ans et plus. elles verront la naissance de cultures parmi les plus anciennes des Amériques.

Si au début de son occupation, le site de Sechín ne devait compter que 5 à 700 habitants, on dit qu’il a compté au maximum jusque 40.000 personnes.

Le site fut enterré, recouvert par des couches de sédiments apportées par les âges, vents, ainsi que par les cultures postérieures. On a retrouvé des os de périodes plus récentes ou encore des céramiques chimu, cette culture dominait toujours la région vers le 10ième siècle ap JC.

chien péruvien à Sechin     chien péruvien

Il est aujourd’hui bien gardé par un autre patrimoine péruvien : je nommerai le chien nu péruvien ou « perro calato ».

Autres sites archéologiques proche de Cerro Sechín ou Casma

Outre Cerro Sechín, la région regorge de sites archéologiques tous plus anciens et majeurs les uns que les autres.

  • Sechín Alto : site proche de Cerro Sechin, son monument principal est une structure de forme pyramidale de 300 m de longueur et une hauteur de près de 40 m. Autour et devant on retrouve des places, certaines rondes et enterrées (tiens cela me rappelle quelque chose non? Mais oui à Caral). Sechin Alto couvre une surface immense d’environ 3 à 400 hectares sur une étendue de 2 kilomètres de long. C’est considéré l’ensemble architectural le plus grand du Pérou. Il fut construit quelques 300 ans après Sechin bajo pour accueillir une population toujours croissante. Il a donc une ancienneté de 4.000 ans environ.
  • Sechín Bajo : en face de Cerro Sechin. Construction plus ancienne que Sechin Alto à l’origine de l’installation de cette civilisation dans la région. On y a découvert en 2008 une place circulaire de pierre et boue dont l’ancienneté remonterait à 3.500 ans avant JC. Il s’agit dans ce cas-là de la plus ancienne structure trouvée au Pérou.
  • Chanquillo : à quelques 15 kilomètres de Casma, il s’agit d’une forteresse de pierre doublée d’un mirador. Avec ses 13 tours alignées du Nord au sud, d’une construction remontant à plus de 2000 ans, il représente l’observatoire solaire le plus ancien d’Amérique. Les Incas eux-même l’auraient utilisé lors de leur domination plus récente de la région.
  • Las Haldas : autre ensemble architectural composé d’édifices de pierre, de plateformes avec vue sur mer.
  • Moxeque ou Mojeque et les Pampas de las Llamas : autre ensemble architectural, ancien village dont l’occupation se serait éténdue entre 1800 et 900 ans avant JC. On retrouve des terrasses, une grande pyramide de 160 m de large avec des angles de base arrondis et 30 m de haut, des peintures murales.
  • El purgatorio : enemble architectural le plus vaste de la région. Il est considéré comme la capitale de la culture Casma.

Une région majeure en matière d’archéologie

J’avoue, j’en passe et des meilleurs. Oui, l’archéologie dans la région de Casma, c’est du gros c’est du lourd. Pour les passionnés d’histoire et qui veulent aller voir bien au-delà de la courte histoire des incas au Pérou, cette région renferme d’innombrables trésors. Et on n’en est assurément qu’au début de leur découverte.

Comment accéder à Sechín ?

Le site de Sechín se situe à quelques 5 kilomètres de la ville côtière de Casma, dans la région Ancash. Nous sommes à un peu plus de 300 kilomètres au Nord de Lima.

Arriver à Sechín en provenance de Huaraz et la Cordillère blanche

Nous avons atteint Casma au départ de Huaraz en empruntant le bus de la compagnie de bus Alas Peruanas. Les bus sont parfois un peu folklo, il peut manquer un boulon ou deux, mais bon. Vous voilà prévenus.

Huaraz Nord du Pérou

Le trajet traverse d’incroyables paysages de montagne dont le col de Punta Callán à 4.224 m d’altitude. Le voyage Huaraz-Casma nous a pris 4 heures pour réaliser 145 kilomètres environ. Il s’est un peu rallongé du fait des récents événements climatiques qui ont abimé la route. 60 kilomètres avant Casma, notre bus traverse des vallées riches en arbres fruitiers. On débute avec les pommes avant d’arriver au pays des manguiers ou encore d’avocatiers, incroyable.

Sinon dans cette région,  la côte, en dehors de ces zones arrosées par les rivières Sechin ou encore Casma est toujours aussi désertique. Terre de contrastes.

Se rendre au site de Cerro Sechín au départ de la ville de Casma

Du centre-ville vous devrez remonter tout droit la rue Luis Ormeno à peine 10 minutes jusqu’à une station essence faisant presque l’angle avec la Panaméricaine. De là, on récupère un moto-taxi qui nous prendra 2 soles par personne pour nous conduire jusqu’au musée, à un peu plus de 5 kilomètres de la ville. Bien demander de se faire accompagner jusqu’au musée, pas seulement l’entrée du site Sechín. Là il vous resterait 400 m.

Le musée ouvre à 8 heures du matin. A l’entrée du site il est écrit que cela n’ouvre qu’à 9 heures. Le fait est que le guide n’est arrivé qu’à 9 heures.

moto taxi Casma Sechin

Où dormir et manger à Casma?

Lors de notre passage sur Casma, la ville était plutôt calme. Ce n’était pas période d’affluence.

Nous avons dormi à l‘hostal Gregori. sur l’avennue Luis Ormeno. Situation assez centrale. La dame de la réception est adorable. Nous avions des chambres doubles pour 60 soles. C’était très propre et les lits tout à fait corrects.

On nous a recommandé le restaurant Libertad. Il s’agit d’une adresse un peu excentrée, pour déguster un excellent ceviche. Une adresse locale ouverte seulement pour le petit-déjeuner et le déjeuner. Pas de touristes et la bière était bien fraîche.

Ceviche Restaurant Casma

Que visiter après Sechín et Casma?

A seulement 12 kilomètres au nord de Casma, vous trouvez la baie de Tortugas. Il s’agit d’un site plutôt agréable pour profiter de la plage et du soleil ( et il y fait chaud dans la région, ne l’oubliez pas!)

Il est par ailleurs aisé de rejoindre Trujillo, 130 kilomètres plus au nord. Vous pouvez emprunter des collectivos mais aussi un bus à partir de Chimbote par exemple. Vous pourrez ainsi poursuivre votre voyage à la poursuite des richesses du Nord du Pérou.

A lire également

découvrez tous nos articles sur le nord du Pérou

Caral sur les traces de la plus ancienne civilisation d’Amérique

et bien-sûr la superbe citadelle fortifiée de Kuelap en Amazonas, toujours dans le Pérou du Nord.

Découvrez le Cerro Sechín, un site fascinant sur la côte nord du Pérou
5 (100%) 1 vote

«

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *