Pourquoi voyager maintenant au Pérou?

voyager au Pérou

Pourquoi voyager maintenant au Pérou ?

Un article qui j’espère, sera partagé et qui veut répondre aux nombreuses questions que nous posent les voyageurs qui viennent bientôt ou encore d’ici 2 ou 3 mois (??) : allez, la réponse je vous la donne de suite. C’est oui, vous pouvez voyager au Pérou sans problème.

Des images bouleversantes, mais des annonces officielles excessives ou parfois tardives

Oui, le Pérou a souffert, oui le Pérou souffre toujours et oui le Pérou va a souffrir encore un moment des conséquences des pluies diluviennes et surtout des coulées d’eau et de boues qui ont frappé le Nord du Pérou.

Mais était-il nécessaire de déclencher au niveau international et des ambassades, notamment de France, un tel plan de dénigrement sur la destination ? Bon ok, je vis ici et dans une région qui n’a pas connu la catastrophe, peut-être ne suis-je pas totalement objectif.

Mais le fait est, j’ai pu le constater dans les différentes zones traversées, de nombreuses personnes ont subi non seulement l’épreuve de la catastrophe, mais vont à présent devoir attendre le retour des visiteurs que les annonces ont, à raison, effrayés.

Les routes au Pérou sont ouvertes

Nous terminons aujourd’hui un voyage de 2 semaines, initié le 12 avril de chez nous à Chachapoyas, afin de visiter des sites archéologiques majeurs du Nord du Pérou dont je vous parlerai dans d’autres articles.

Nous souhaitions nous rendre compte par nous-mêmes de la situation. Il s’agissait de rendre compte et savoir comment cela se passe en ce moment de voyager au Pérou.

Notre itinéraire de voyage au Nord du Pérou        

La partie la plus touchée était le Nord du Pérou. Il était par conséquent logique de préparer un itinéraire partant de la capitale et remontant vers le Nord en passant visiter des sites archéologiques et touristiques majeurs. Ainsi nous pourrions témoigner de l’état des routes et des sites eux-mêmes.

Nous avons quitté Chachapoyas le 12 avril dernier vers 7 heures du matin. Nous avons loué les service de la navette Viajes Pacifico, pour rejoindre la ville de Jaen, d’où part un vol quotidien pour la capitale Lima.

4 heures de routes et nous voici embarquant à bord d’un vol Latam, seule compagnie opérant sur Jaen.

Nous sommes à Lima airport à 15 heures, nos bagages aujourd’hui vont sortir à une vitesse supersonique et à 16 h30, après une heure de taxi nous serons à Miraflores où nous avons réservé un hostal.

PLage Lima vue de Miiraflores

Nous avons retrouvé une amie française, arrivée le 29 mars dernier déjà. Elle a décidé de venir malgré les recommandations de l’ambassade de France de ne pas se rendre au Pérou.

Nous lui avions dit qu’il ne devait y avoir aucun souci et qu’elle pouvait venir. Avant de nous rejoindre pour la suite de son voyage, elle a déjà visité Arequipa, Nazca, Ica, Huacahina, Paracas et plein d’autres endroits. Et ? Eh bien aucun souci, tout s’est très bien déroulé, mesdames, messieurs.

Place de Armas Lima

La Semana Santa à Lima, je recommande. Le trafic est beaucoup plus tranquille qu’à l’ordinaire, les sites sont ouverts, Huaca Pucllana, musées, et bien-sûr tous les bons restaurants. Les taxis ne sont peut-être pas à la fête, mais nous, « felices ! »

Quitter la capitale par la route en direction du Nord

Nous quittons Lima le dimanche 15 avril à destination de Barranca. Nous souhaitons visiter Caral, la civilisation la plus ancienne d’Amérique, quasi 5 000 ans. Un lieu à ne pas manquer donc, lorsque vous décidez de voyager au Pérou. Le site a été fermé quelques jours au moment des grosses pluies.

Nous avons pris les service de la compagnie Moviltours au départ de Lima, de leur terminal situé proche du Stade de Lima. Départ à 14 heures, vers 18 heures nous arrivons à la ville de Barranca pour passer la nuit visiter le site de Caral dès le lendemain matin, situé à quelques 25 kilomètres de là.

Caral Nord du Pérou

Nous n’avons connu aucun souci en chemin et le site de Caral est superbe.

collectivo Barranca a Huaraz

De retour de notre visite, nous nous sommes faits déposer à Pativilca, à quelques kilomètres au nord de Barranca. De là, nous avons loué les services d’un « collectivo » ou van. Il s’agit là d’un mode de transport très populaire pour voyager au Pérou. Il nous conduira directement à Huaraz dans les montagnes.

Si la route de Huaraz avait bien été coupée par les éboulis, elle est bien réouverte et nous parviendrons à Huaraz vers 18 h 30, soit un trajet de 3  h 30 environ.

Etienne devant Chavin de Huantar

Une fois à Huaraz, nous avons pu sans souci visiter des lagunes ainsi que l’impressionnant site de Chavin de Huantar. On est ici en fin de saison des pluies.

laguna Llanganuco Huaraz

Pour les treks c’est encore un peu tôt en raison du temps très changeant en haute montagne, mais pour nous, vraiment aucun souci.

Les restaurants et autres organisateurs de tours regrettent bien entendu que les visiteurs ne soient pas au rendez-vous.

Redescendre de Huaraz vers la côte

Nous sommes restés 5 nuits à Huaraz, dans un Hostal très agréable, et force est de constater que nous ne serons pas beaucoup ennuyés par les voisins.

Huaraz et la Cordillère blanche Pérou

Nous avons pris les services d’une compagnie de Bus, je ne sais si je dois la recommander, mais on en reparlera pour rejoindre de nouveau la côte et Casma. Départ 10 heures, nous prendrons 4 heures pour rejoindre la ville proche de la côte.

On traverse pas mal de zones d’éboulements et en fin de voyage, nous passerons une 20aine de kilomètres où la route a disparu suite aux événements de mars. Forcément on y passe, mais à vitesse plus modérée qu’à l’accoutumée.

A Casma, nous serons seuls dans un hostal très agréable.

chien péruvien devant le monument de Sechin

Le lendemain matin, nous partons visiter le site archéologique de Séchin, nous sommes seuls (ou presque!). Là aussi, on souffre des annulations de voyages.

Longer la côte nord du Pérou

De retour de notre visite, il est temps de poursuivre plus au nord le voyage, direction Trujillo.

Nous avons pris un collectivo qui nous conduit à Chimbote, et de là un autre collectivo pour Trujillo.

Nous traversons d’importantes zones où la route a été coupée plusieurs semaines. Cela était dû à des ruptures de ponts notamment.

Pont provisoire sur le Viru proche Trujillo

On a posé des ponts provisoires permettant à la Panaméricaine de reprendre la circulation tant des personnes, mais également des marchandises dans le sens sud-nord ou bien nord-sud. Tout prend peut-être un tout petit peu plus de temps, mais cela fonctionne, le Pérou est de nouveau en marche, et cela bouge.

Autour de Trujillo ?

Les alentours de Trujillo, « ciudad de la eterna primavera” ont beaucoup souffert des torrents de boue, les « huaicos ». Il pleut plus que rarement par ici. Mais force est deconstater que nous n’aurons encore une fois aucun problème à arriver à Trujillo. Notre amie va visiter les sites magnifiques de Chan Chan, Huaca de la luna. Elle veut découvrir les sites pré-colombiens de la région, essentiels.

Plage de Huanchaco

Nous logerons à Huanchaco où les enfants et moi irons nous baigner, nous visiterons Trujillo-centre, toujours aussi jolie.

site El Brujo

Je terminerai avec le site extraordinaire du Brujo, où fût découverte en 2006 la momie de la Dame de Cao. Un site, un lieu qui ne peut laisser personne indifférent. Vous repartez avec le plein d’énergies positives.

On ne manquera cependant pas de constater que ces sites de même que les artisans qui ont leurs boutiques manquent cruellement de fréquentation

Retour à Chachapoyas

Reste l’épreuve de la traversée de la zone de Chiclayo et la remontée occidentale des Andes. Nous reprendrons les services de la compagnie Movil afin de réaliser le voyage de nuit.

On traverse des zones qui ont beaucoup souffert du passage des torrents de boue. On aura par conséquent et logiquement quelques zones où il faut ralentir.

Le trajet total qui en temps « normal » prend 13 heures, nous prendra cette fois-ci 15 h 30, ce qui reste raisonnable, vu les événements.

Nous voici donc de retour à la maison à Chachapoyas.

Le Pérou, “una sola fuerza”

Partant de ce slogan que l’on diffuse par tous moyens ici, relayé par tous les opérateurs téléphoniques, que retenir ?

Nous avons voulu montrer, par cet itinéraire, que vous pouvez sans problème voyager au Pérou, notamment dans les zones très touchées du Nord.

Le Pérou a certes vécu des heures cruelles. Les éléments naturels ont une nouvelle fois fait subir une épreuve au pays. La nature a rappelé ses droits. Espérons que les autorités réagiront plus énergiquement aux constructions irrégulières réalisées dans certaines zones inappropriées. On met inutilement en danger la vie de milliers de personnes. Des personnes qui disposent déjà de peu de biens, mais qui suite à cette catastrophe ne disposent d’absolument plus rien.

Le Pérou a remonté les manches, le Pérou se bat, le Pérou s’est relevé. Viva el Perú!

Peut-on revenir visiter le Pérou ?

Vous avez prévu de voyager au Pérou et vous vous posez toujours la question de savoir : dois-je y aller ? Ne vous posez plus cette question, venez et ce dès à présent. Les sites sont moins fréquentés, les hôtels doivent refaire leur trésorerie. En voyageant vous aiderez le pays à se relever encore plus vite. Vous bénéficierez sans doute également de quelques remises intéressantes.

En ce moment, Mancora est vide, les hôtels font des promotions et remises. Alors pour les amoureux de plages… Juste une précision pour la zone de Mancora justement.

Sur la plage il n’y a pas de souci. Mais attention si vous vous retrouvez un peu en retrait. Je parle de l’extrême nord genre Piura ou Tumbes et proche de la côte, là où les eaux du Pacifique sont chaudestoute l’année, Niño ou pas. Il vaut mieux en ce moment pour les visiteurs être vacciné contre la fièvre jaune. Les pluies ont fait des heureux, ce sont les moustiques. En revanche plus au sud sur la côte ou dans les montagnes, rien à signaler.

Et de même si vous n’avez pas prévu de visiter le pays, j’espère que nos articles vous convaincrons de venir le découvrir. Que ce soit le sud ou bien le nord et ses civilisations pré-incas eou encore ses paysages exceptionnels, vous avez le choix.

N’oubliez pas que Chachapoyas ou encore Tarapoto n’ont absolument pas connu les épreuves de la côte. Mais ces régions ont cependant beaucoup souffert de la désaffection générale du pays tout entier.

Le Pérou a besoin de vous maintenant, il compte sur vous.

A bientôt et bon voyage !

Pourquoi voyager maintenant au Pérou?
5 (100%) 1 vote

«

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *