Les Mausolées de Revash

Maisons pour les morts

Les Mausolées de Revash

A 60 km au sud de Chachapoyas se trouve le complexe funéraire de Revash, dans le district de Santo Tomas, dans la province de Luya. Revash est le nom qu’on a donné à un groupe de mausolées qui est partagé en deux secteurs.

Région Amazonas, Nord du Pérou

Comment aller aux Mausolées de Revash ?

De Chachapoyas il faut compter 1 heure 30 pour arriver à San Bartolo, dans la province de Luya. De San Bartolo on marche sur un chemin en pierre sur 1.5 km. Au bout, situé à une altitude de 2 800 m, les Mausolées de Revash.

Il y a également la possibilité (quand on est en voiture privée) de s’arrêter environ 45 minutes avant San Bartolo. De là, partez pour un mini-trek de 4.5 km pour monter aux Mausolées de Revash.

C’est quoi les Mausolées de Revash ?

A une altitude de 2 800 m, les mausolées sont situés dans une grotte creusée en hauteur dans les roches calcaires du Cerro Carbon. La plupart des maisons des deux secteurs a été construites l’une à côté de l’autre et du coup ils ressemblent plus à des maisons habitées qu’à des mausolées. Mais du fait de leurs situation, dans une région reculée, difficile d’accès et érigées au bord d’un précipice et surtout par rapport à son contenu, il s’agit bien des dernières demeures des defunts des Chachapoya.

Deux parties de Revash

La hauteur et la forme des maisons varient. Elles peuvent avoir une ou deux étages. Les maisons sont toujours adaptées au mur et à l’espace de la grotte en roche sur laquelle elles sont collées. Elles sont confectionnées d’une mélange de pierre et de terre glaise. Les toits ne sont que symboliques. En effet, elles sont protégées par la roche.

Explication détaillée

Les maisons sont presque intactes, mais malheureusement les momies qui s’y trouvaient ont été enlevées par l’homme ou des rongeurs.

Il n’y a que des entrées latérales. Parfois entre un mausolée et l’autre il y a un mur en commun. La hauteur des maisons est un peu plus d’un mètre. C’est suffisant haut pour pouvoir y déposer les cadavres momifiés en position assise. La façade s’ouvre vers le sud, au lieu de de l’est.

Les maisons sont peintes en rouge et autour il y a des peintures rupestres, également en rouge. Cette couleur vient des graines du fruit de roucou. Des dessins ressortent des cercles concentriques et des images de camélidés (des lamas!). Il y a des motifs dans la forme d’une croix en bas-relief, mieux connue sous le nom de « Cruz Andina », la croix andine ou « chackana ». Ils existent également des « T » et des « rectangles » qui sont toujours une énigme. Quelques scientifiques essaient d’identifier les dessins qui décorent les mausolées et les murs de roches autour. Les cercles concentriques seront donc des symboles de la vie pour accompagner les vivants. Les chakanas sont associés au pouvoir et à la guerre et donc en relation avec la mort.

Divers objets ont été rencontrés à l’intérieur de ces mausolées. A partir d’eux, on peut interpréter que c’étaient des résidences collectives pour les morts prestigieux et de pouvoir. Les archéologues français Henry et Paul Reichlein estiment que la construction de ce village des morts a été réalisée au 14ème siècle.