Inondations au Pérou mars 2017: peut-on visiter le pays actuellement?

Inondations au Pérou mars 2017 : peut-on visiter le pays actuellement?

On parle en ce moment beaucoup du Pérou, mais cette fois pas à cause du Machu Picchu. Résidant dans le pays, je me devais de parler des inondations au Pérou, ces dernières semblent paralyser actuellement notre pays d’accueil.

El Niño 2016 : chronique d’une catastrophe annoncée

Revenons très légèrement dans le temps. On nous promettait pour fin 2015, début 2016 un phénomène El Niño exceptionnel. Lima avait même, devant le risque, refusé l’organisation du départ du Dakar 2016.

Aussi, durant des mois, on se préparait. De gros travaux ont été lancés à travers tout le pays avec de gros moyens pour montrer que l’on s’organisait.

On avait même fait terminer les écoliers un mois plus tôt. Ils ont ainsi eu plus de 3 mois et demi de vacances d’été. Résultat : de grosses pluies sur la côte mais pas la catastrophe annoncée. Bon, mais c’est pas plus mal hein ? et on avait réalisé d’importants travaux pour nettoyer les rivières et les bords de fleuves afin de faire face aux effets dévastateurs du Niño, nous avait-on dit.

El Niño 2017 : la surprise et le manque de préparation devant l’arrivée de la catastrophe

Mars 2017 : on ne nous a pas annoncé de Niño cette année. Mais alors dans ce cas, que se passe-t-il ? D’où viennent ces pluies, ces torrents de boues que l’on peut voir diffusés sur tous les écrans de télévisions ici au Pérou ?

On a même entendu dire au début que ce n’était pas un phénomène de Niño, sans doute pour justifier l’absence d’annonce ou de prévention. Pourtant il s’agit bien des symptômes reconnus, à savoir le réchauffement des eaux en surface de l’est du Pacifique provoquant sur les côtes ces pluies torrentielles et les hélas trop connus glissements de terrains.

El Niño : un phénomène ancien et hélas trop connu

Le Niño fait partie intégrante de l’histoire du Pérou. On raconte qu’il aurait causé la disparition de civilisations précolombiennes. Trujillo avait déjà été détruite en bonne partie en 1925.

Ce phénomène touche principalement la zone côtière, la plus densément peuplée. 77 % de la population du Pérou est urbaine. En dehors d’Arequipa, les plus grandes villes se situent sur la côte, Lima, Trujillo et Chiclayo notamment. On a parfois construit dans un total non-respect des zones à risque d’inondation, en dehors de tout programme urbain, sans aucune pensée de drainage ou zone d’évacuation des eaux de pluies qui, comme dans tout pays tropical peuvent être d’une violence inouïe.

Nul doute qu’une fois le gros de la catastrophe passée, on essaiera de trouver des coupables, des responsables du moins. On ne peut pas toujours mettre tout sur le dos des éléments déchainés. On entend déjà parler des ouvrages d’art mal réalisés, d’argent mal employé…

Bref si le climat promet de s’améliorer d’ici à quelques jours, celui politique promet de rester à l’orage pour quelque temps.

Peut-on visiter le Pérou actuellement?

La réponse est OUI. Concrètement, l’aide s’est mise en marche. De partout, des initiatives pour aider, récolter des fonds afin d’aider les personnes qui ont tout perdu sur la côte.

En ce qui concerne ceux qui ont prévu un voyage au Pérou ; ne décommandez pas. Quoi de mieux pour aider un pays que de lui faire entrer des devises ? Non, n’annulez pas, au contraire, vous serez accueillis encore plus chaleureusement par des gens d’un pays qui a besoin de votre séjour.

Les zones touchées sont essentiellement certains quartiers de Lima, la côte Pacifique du Sud de Lima au Nord jusque Piura.

Mais comme souvent lors de ce phénomène, ce qui touche la côte n’atteint pas forcément les autres régions. Le Pérou, c’est aussi Cusco, Arequipa, c’est l’Amazonie, c’est Chachapoyas…

Lorsque je lis « le Nord », il ne faut pas oublier que du côté des Andes et au-delà vers l’Est, toujours dans ce « nord », il y a d’autres régions. Citons Amazonas où l’on visite Kuelap et Gocta notamment, les régions San Martin et Loreto, l’Amazonie… Toutes ces régions sont épargnées par la catastrophe.

S’il est actuellement impossible de suivre toute la côte en Bus, ces régions sont néanmoins tout à fait accessibles par avion, au départ de Lima via Jaen, Tarapoto puis Chachapoyas ou encore Iquitos.

Oui, il pleut, mais nous sommes en saison des pluies et cette saison a ses amateurs et surtout ses charmes. N’abandonnez pas le Pérou sur les tons alarmistes de l’ambassade qui comme souvent déploiera bien grand ce « principe de précaution ».

Vous pouvez aussi aider le Pérou dans cette épreuve

Pour ceux qui ne voyagent pas actuellement, il est possible d’aider d’une autre façon. De nombreuses initiatives ont vu le jour, je citerai La Croix Rouge, ou encore l’initative de Flora (vous avez déjà lu un article d’elle sur notre blog).

Dans le coliseo, le vrai travail commence : il faut trier tous les dons reçus. Ici, on déballe les vêtements et on les répartit dans des sacs étiquetés : femme-hiver, femme-été, fille-hiver, fille-été, garçon-hiver, garçon-été, etc

soirée dons à Chachapoyas

Ici, dans les zones, nombreuses, non touchées par la catastrophe, on s’organise pour récolter des fonds mais surtout des biens de première nécessité, des vêtements, car les gens ont tout perdu.

volontaires Chachapoyas   concert Chachapoyas

Ce soir mercredi 22 mars, nous allons au concert sur la place de Armas de Chachapoyas où tous pourront donner des vêtements et chaussures pour les habitants de la région de Trujillo.

Noter cet article

«

Comments

  1. Marie-Pierre
    mars 23rd

    Bonjour,
    La route de Lima à Huaraz est-elle accessible?

  2. Martina
    mars 24th

    A l’heure que je vous écris, elle est fermée. Mais si vous souhaitez y aller d’ici quelques semaines, je suis sûre que tout s’est normalisé.

  3. KRAY Mireille
    avril 12th

    Je vais faire un trek au pérou la cordillère blanche avec un départ depuis huaraz du 21 avril au 15 mai. La saison des pluies sera terminée ? Y a-t-il des dégâts dans ces régions ?
    Merci pour vos renseignements

  4. Philippe Capel
    avril 12th

    bonjour Mireille, a priori dans la région les routes ont été réouvertes il y a queques temps déjà. Nous pourrons vous en dire un peu plus d’ici quelques jours, car nous devrions être à Huaraz le 15 avril afin d’y passer quelques jours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *